GED Contact

Politique internationale

L’UPL développe sa stratégie internationale en s’appuyant sur la renommée de ses trois établissements membres dans le domaine des sciences humaines et sociales (CNRS, Paris 8, Paris Nanterre) et sur le prestige de ses établissements associés dans le monde culturel, muséal ou patrimonial (BnF, INA, Archives nationales, Musée du Louvre, Centre Pompidou, Musée du Quai Branly- Jacques Chirac, etc.). En outre, Le Collège international de philosophie (CIPh), seule composante de l’UPL, se présente comme un fleuron de la pensée française sur la scène internationale. Forte de ses atouts qui lui donnent une identité propre dans le paysage parisien, l’UPL souhaite mieux affirmer son image et sa visibilité comme un acteur de premier plan en sciences humaines et sociales à l’échelle mondiale – voire unique en Europe et dans le monde, à la fois par ses actions de formation et de recherche.

Assurer le rayonnement international

L’UPL a défini, dès l’origine, l’internationalisation de la recherche et de la formation comme une de ses priorités. Elle entend ainsi approfondir sa vocation internationale en valorisant son potentiel d’attractivité auprès de nombreux acteurs internationaux. Le CIPh, par exemple, apporte un réel rayonnement international en rassemblant dans son programme « Projet Archive/the archive project » de nombreux associés de la ComUE dont le Musée national de l’histoire de l’immigration, d’autres acteurs majeurs de la recherche française en sciences humaines et sociales (l’EHESS, le Collège de France), les Archives diplomatiques du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, ainsi que plusieurs institutions étrangères de premier ordre (Columbia university, Princeton university, Kingston university, university of Califorina Irvine, The New York Public Library, et l’Université du Chili à Santiago). La place des trois membres de l’UPL dans le projet « Campus Condorcet » offrira enfin à partir de 2019 de nouvelles opportunités de valorisation et d’attractivité internationale.

Favoriser les mobilités et l’attractivité internationale

Les actions de mobilité constituent un autre axe majeur de la politique d’internationalisation de l’UPL. Le Nouveau collège d’études politiques (NCEP) a notamment engagé une convention de mobilité privilégiée avec la Columbia University et a intégré dans son parcours de formation une obligation de mobilité d’un semestre pour ses étudiants. L’UPL développe également sa stratégie d’attractivité auprès des doctorants et post-doctorants internationaux en favorisant des actions de cotutelle ou de doctorat européen. Aussi, elle coordonne le projet FEDER « SoCulture » qui s’appuie sur des technologies de pédagogie innovante pour internationaliser son offre de formation. L’Ecole universitaire de recherche « ArTeC » allie aussi des actions de recherche et de formation innovantes pour faire de l’UPL un pôle de référence auprès de ses partenaires internationaux dans les domaines de la recherche-création et de la médiation culturelle.

Accroître la participation au programme de recherche européen

Dans un objectif d’européanisation de sa recherche, l’UPL a inscrit parmi ses axes stratégiques l’ambition d’orienter les porteurs de projets scientifiques financés sur appels propres vers des projets de plus grande ampleur, à l’échelle nationale et internationale, en priorité dans le cadre du programme européen de la recherche et de l’innovation « Horizon 2020 ». Le Bureau Europe Recherche interagit en ce sens avec ses interlocuteurs locaux, nationaux et communautaires pour accompagner les chercheurs et enseignants-chercheurs de l’UPL vers des dispositifs de financements à la pointe de la recherche fondamentale en sciences humaines et sociales tels que l’European research council (ERC) ou des projets collaboratifs avec de nombreux établissements académiques et non-académiques à l’étranger. Le potentiel de recherche de l’UPL peut également bénéficier parmi ses associés de ressources documentaires et archivistiques exceptionnelles à l’échelle mondiale pour se positionner comme un acteur central en France et en Europe afin de répondre dans une logique de science ouverte aux défis globaux que connaissent nos sociétés contemporaines.